Esprit d’Excellence

Internat Esprit d'excellence : Sondage
Accueil du site > Documentation > Etudes > Articles divers > Saclay et le pari d’une Silicon Valley à la française

Saclay et le pari d’une Silicon Valley à la française

03/02 | Isabelle Ficek | Les Echos

lundi 13 février 2012, par Mathilde Brugier

L’université de Saclay, en région parisienne, a l’ambition de figurer parmi les dix premières mondiales en matière d’impact économique.

C’est l’histoire d’un extraordinaire potentiel et d’un accouchement dans la douleur, tant il a été difficile de réunir autour d’une même stratégie les nombreux et prestigieux acteurs du plateau de Saclay. Le premier projet d’Idex (initiative d’excellence) avait été éliminé dès la présélection de la première vague. Un échec finalement salutaire. Le second projet a été retenu hier.

Ce « cluster » au sud de Paris concentre des grandes écoles, parmi lesquelles Polytechnique, HEC, Centrale, une université de haut vol avec Paris Sud-XI (première française dans le classement de Shanghai 2011), de forts bataillons du CNRS, du CEA, de l’Inra, des équipements exceptionnels (Soleil, NeuroSpin...). Avec pour grands axes scientifiques les sciences de l’ingénierie, la physique, les mathématiques, la biologie-chimie, les technologies de l’information et de la communication... C’est, aujourd’hui, 10 % des effectifs de la recherche en France et 20 % dans la physique et l’énergie, deux prix Nobel de physique et six médailles Fields. Le plateau compte près de 20.000 étudiants en licence et master, 1.400 doctorants par an, 9.500 enseignants-chercheurs et 14.000 chercheurs. Demain, il prévoit plus de 30.000 étudiants, 2.300 doctorants par an, 12.200 enseignants-chercheurs et 20.000 chercheurs.

Le Top 10 de Shanghai visé

L’Idex de Saclay propose la création à terme de l’université de Paris Saclay, qui sera organisée en six collèges, des entités interétablissements par domaines de formation et recherche (ingénierie, médecine, sciences de la vie et sciences sociales, etc.). Le doctorat, diplôme de référence et dont la délivrance avait fait l’objet de tensions fin 2011 entre les acteurs du plateau et, notamment, l’Ecole polytechnique, sera délivré par l’université.

L’ambition est, à terme, grâce à une stratégie unifiée et originale de recherche et de formation, de devenir l’une des dix premières universités mondiales en matière d’impact économique. Et le potentiel de Saclay, jugé proche du 15 e rang du classement de Shanghai, pourrait même, estiment les acteurs, figurer dans le Top 10 grâce au projet. Qui a tout de même demandé la médiation mandatée par Matignon de Jean-Marc Monteil, fin connaisseur des rouages du secteur. Reste maintenant à transformer l’essai en réalisant, ce qui ne sera une mince affaire pour personne, ce qui est écrit sur le papier.


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP